CBD et contrôle de police : quels sont les risques ?

Au vu du lien étroit qui existe entre le cannabis classique et le CBD, nombreux sont les consommateurs de produits dérivés de cannabidiol qui craignent les contrôles de police. En plus, le caractère peu clair et instable que la législation française avait à ce sujet ne facilitait pas vraiment les choses. Aujourd’hui, la loi est bien plus précise à propos de la production, de la commercialisation et de la consommation du CBD en France. Christophe de CBD Monkey fait le point sur les risques que peut avoir un consommateur ou un détenteur de produit de cannabidiol.

Contrôle de police et consommation de CBD : quels sont les risques ?

Tout conducteur peut être fortuitement soumis à un test antidrogue pendant un contrôle de routine. Les protocoles de ces tests ont un spectre précis pour la recherche des traces de stupéfiants ou d’alcool. Y a-t-il des risques pour un conducteur ayant consommé des produits à base de CBD ?

Aucun risque avec les extraits de CBD

Durant les contrôles routiers, les forces de l’ordre utilisent principalement un test de dépistage salivaire. Ce dernier permet de rechercher des drogues telles que le cannabis, la cocaïne, l’amphétamine, l’héroïne. En matière de dépistage du cannabis, c’est la présence de la molécule psychotrope appelée THC qui est recherchée. Sa consommation est illégale. En revanche, le CBD est légal en France et dans l’Union européenne. Cette molécule est reconnue comme non psychoactive. Elle n’est donc pas recherchée pendant un dépistage de stupéfiants.

Le THC étant aussi un cannabinoïde, il est également souvent présent dans les produits bruts qui servent à fabriquer les dérivés de CBD. Son taux ne doit pas excéder 0,3 % selon la loi en vigueur en France. Il n’en reste heureusement aucune trace dans les extraits de CBD comme l’huile broad spectrum, la crème, les bonbons, l’e-liquide… Un conducteur qui consomme du CBD sous forme de produit manufacturé n’a donc aucun risque d’avoir un test positif lors d’un dépistage de stupéfiants pendant un contrôle de police.

CBD contrôle police

Risque minime d’être testé positif au THC avec un produit brut

Dans les produits de CBD non transformés comme les fleurs, les feuilles, la résine, il y a toujours des traces de THC. Il existe alors un risque que la présence de cette substance soit détectée après un test de dépistage salivaire. Cela dépendra par ailleurs du mode de consommation et du temps écoulé entre la dernière prise et le contrôle. Les fumeurs réguliers ou chroniques ont plus de chance d’être testés positifs au THC. Pour un fumeur occasionnel, un dépistage salivaire peut être négatif au bout de 4 à 6 heures après le dernier joint fumé.

Le taux légal de 0,3 % concerne uniquement la teneur de la plante de chanvre en THC. Il n’est en aucun cas valable dans un contexte de dépistage routier. Dans le cadre d’un test salivaire, urinaire ou d’une analyse de sang, la moindre présence de substance psychotrope est passible d’une amende forfaitaire. C’est uniquement dans le cadre de la consommation d’alcool qu’il existe un seuil de tolérance en matière de sécurité routière.

Possession de CBD et contrôle de police : quels sont les risques ?

Les circonstances dans lesquelles la police procède à des fouilles sont extrêmement rares, mais cela pourrait arriver à tout conducteur, qu’il commette un délit ou non. Dans une telle situation, quels sont les risques pour une personne en possession d’un dérivé de CBD lors d’un contrôle de police ?

Extrait de CBD : peu de risques avec un produit certifié

Pour rappel, la détention d’un produit de CBD manufacturé n’est pas illégale en principe. C’est toutefois valable seulement pour les produits certifiés par un laboratoire spécialisé. En effet, il est possible de retrouver sur le marché, des huiles, baumes et autres produits de contrebande. C’est pour cette raison que seules les boutiques homologuées par l’État sont autorisées à commercialiser du CBD. Pour sa propre sécurité, le consommateur doit impérativement effectuer ses achats auprès d’une boutique homologuée à l’instar de CBD Monkey. Il ne risque ainsi rien pendant un contrôle de police, contrairement à un conducteur qui se retrouve en possession d’un produit non certifié.

Produit brut de CBD : aucun risque légal, mais un contrôle plus long

Avec les produits non transformés comme les fleurs, les résines et les feuilles, il est difficile pour les forces de l’ordre de tester le taux de THC pendant un contrôle routier. Or, c’est cela qui permettra de statuer sur la légalité ou l’illégalité du produit. De ce fait, quand le conducteur est bien en possession de résines ou de fleurs de CBD répondant aux normes règlementaires et dans un sachet scellé, le risque est faible. Malheureusement, le contrôle de police pour une personne possédant du CBD peut devenir embarrassant et chronophage. Il faudra alors se mettre à la disposition des forces de l’ordre jusqu’à ce que les résultats des tests prouvent qu’il s’agit bien de produits légaux, c’est-à-dire avec un taux de THC inférieur ou égale à 0,3 %.

contrôle CBD risque

CBD et contrôle de police : comment minimiser les risques ?

Tout consommateur avisé peut bien éviter les situations confuses et embarrassantes avec la police pendant un contrôle routier. Étant donné que ces produits dérivés sont légaux en France, il n’y a vraiment aucun risque de réprimande à en consommer ou en posséder. Il faut néanmoins absolument respecter les différentes conditions qu’impose la législation et être en mesure de prouver la légalité du produit à tout moment. Pour cela, CBD Monkey recommande :

  • d’acheter du CBD légal et de grande qualité auprès d’une boutique homologuée
  • de toujours garder sur soi le produit et son ticket de caisse
  • d’éviter de prendre le volant après la consommation du CBD

Faire ses achats auprès d’une boutique homologuée comme CBD Monkey est un gage de sécurité. Il est plus facile de prouver la légalité de l’article grâce à son ticket de caisse, en particulier pour les produits bruts comme les fleurs et les résines. Pour ce qui est des produits transformés, les étiquettes détaillées peuvent aussi être d’une grande utilité.

Même s’il n’est pas interdit de conduire après la consommation de CBD, il est aussi recommandé d’attendre au moins 4 heures avant de prendre le volant. Ceux qui préfèrent consommer les produits bruts par combustion doivent particulièrement faire attention à cela. Ils peuvent également s’offrir plus de quiétude avec les produits de CBD Monkey qui présentent un taux maximum de THC de 0,2 %.